Dérèglement climatique: ce que nous devrions faire

Le climat, un casse-tête dans notre siècle. La problématique du climat hante le monde aujourd’hui. Cet article super intéressant, rédigé par un ami qui a accepté que je le partage avec le monde, est un cri d’alarme pour trouver une solution au dérèglement climatique.

Titre de l’article Original : Un avenir sain avec une élévation de température mondiale de 1.5 degré par rapport aux niveaux préindustriels

Depuis des années, des experts alertent sur le réchauffement climatique né des activités humaines telles que l’utilisation des combustibles fossiles, l’exploitation des forêts, les phénomènes agricoles ou l’élevage du bétail. Ces activités donnent naissance à des quantités énormes de gaz à effet de serre, qui s’ajouteront à celles déjà existantes dans l’atmosphère et causeront le réchauffement climatique.

Les phénomènes catastrophiques à destruction massive de l’atmosphère sont principalement repérés dans les activités de combustion fossile et de déforestation, qui sont  la  base de la production du CO2 (le gaz à effet de serre le plus produit par les activités humaines). L’élevage du bétail et les activités agricoles n’interviendront qu’en position suivante avec la création du méthane qui est aussi un gaz à effet de serre contribuant au réchauffement climatique.

Le cri d’alarme des experts scientifiques, les moments vécus d’un climat terrestre changé, des milliers de mort et des terres broyées par ces calamités, seront finalement la base d’un levé massif des pays et organisations décideurs, pour tout mettre en œuvre et enfin freiner la destruction de l’environnement.

Il y’a des textes élaborés, des efforts fournis, des mobilisations impressionnantes concernant la prévention et bien, même l’accord de Paris sur le climat COP21 (La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de Paris de 2015), interviendra avec un effort particulier dans son objectif de renforcer la réponse globale à la menace du changement climatique.  Dans un accord d’ailleurs unanimement ratifié par les parties prenantes, maintenir une élévation de température mondiale de 2 degré par rapport aux niveaux préindustriels, sera le point saillant de cette alliance.

De tous ces agissements, on pourra se demander certaines questions : les efforts fournis et les accords déjà mis en place, sont-ils suffisants pour un climat futur meilleur.

Est-ce que le monde ne sera-t-il pas hypnotisé par le maintien  d’élévation de température mondiale de 2 degré par rapport aux niveaux préindustriels déjà pris comme accord et réduire ses efforts ? Ne sera-t-il pas nécessaire d’avancer plus loin et atteindre de maintenir l’élévation de la température mondiale à 1.5 degré par rapport aux niveaux préindustriel? Etudions en peut la grandeur de ce problème et ses effets pour avoir des réponses.

Réchauffement climatique causes et conséquences

De sa définition, le réchauffement climatique (ou réchauffement planétaire, réchauffement global ou dérèglement climatique) est le phénomène d’augmentation des températures moyennes océaniques et de l’air, induit par la quantité de chaleur piégée à la surface terrestre.

Lorsque l’on parle du réchauffement climatique aujourd’hui, il s’agit du phénomène d’augmentation des températures qui se produit sur Terre depuis 100 à 150 ans. Depuis le début de la Révolution Industrielle, les températures moyennes sur terre ont en effet augmenté plus ou moins régulièrement, grâce au dédoublement potentiel des gaz à effet de serre en provenance des activités humaines.

Naturellement, l’Effet de serre contribue dans la protection de la terre contre une température inhospitalière. Les gaz à effet de serre comme : le dioxyde de carbone : CO2, le méthane : CH4, le protoxyde d’azote : N2O ou les gaz fluorés, captent et absorbent la chaleur des rayonnements solaires et procurent à la terre une température confortable.  Mais, il faudra noter que l’excès d’effet de serre est trop menaçant et ce dernier provient d’une prolifération de ce gaz en provenance des activités humaines.

  • Selon des études scientifique, les émissions de dioxyde de carbone (CO2) seraient responsables à elles seules de près de 80% du réchauffement climatique, ce gaz est le plus produit par les activités humaines comme cité ci-dessus dans l’introduction.

La combustion des fossiles (charbon, pétrole ou gaz) est le majeur facteur de la production du dioxyde de carbone : CO2, qui s’ajoutera à celui naturellement existant. La déforestation ne tardera pas aussi à jouer un grand jeu dans la production du CO2.

Le rôle des arbres des forêts est considérablement  indispensable. Leur existence est essentielle dans la lutte contre le réchauffement climatique et l’acidification des océans provoqués par les émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. (Photosynthèse)

Les forêts de toute la terre entière absorbent du C02 (dioxyde de carbone) émis de la combustion de fossile. Donc le fait d’avoir la déforestation massive sur notre monde, contribuera à l’augmentation du CO2.

En 2011 on estimait que la destruction des arbres produit environ 20% des émissions mondiales de CO2 comme nous le disait le FIGARO dans sa publication du  15 Juillet 2011, sur l’absorbation du CO2 par les forêts. Et comme la déforestation est devenue monnaie courante dans notre monde, les chiffres sont observés à la hausse. Les concentrations du CO2 atteignaient 403,3 ppm (parties par million) en moyenne en 2016 selon les données de l’Organisation météorologique mondiale, comme on le voit dans la publication du même magazine. (13 Nov. 2017). D’après toujours les mêmes études des experts scientifique, le CO2 a une durée de vie qui s’étende jusqu’à 100 ans dans l’atmosphère.

Si on compte alors la quantité du dioxyde de carbone qui se repend dans l’atmosphère chaque jour, et qu’on sait déjà que la vie de cette dernière sera de 100 ans dans l’espace, on pourra conclure directement que le COP21 était en retard pour la mise en place de cet accord de maintenir une élévation de température mondiale de 2 degré par rapport aux niveaux préindustriels.

N.B : L’élévation de température mondiale de 2 degré Celsius n’est pas aussi favorable, les données scientifiques sont claires.  Même une hausse de 2 degrés aurait des conséquences graves sur la sécurité alimentaire et hydrique, donc la vie humaine en soi. D’où cette nécessité de rester en dessous de 1,5 degré de réchauffement. Si non, plus les mesures seront prises tard, plus il sera difficile de limiter le réchauffement global de notre planète et ce dérèglement climatique.

  • Quant au méthane, il se trouve dans des milieux naturelles sans ou avec peu d’oxygène (organisme d’animaux, végétaux, marais….), et est produit de façon naturelle et biologique. Sa formule chimique est CH4, (un atome de carbone et quatre atomes d’hydrogène). le méthane est l’un des principaux gaz à effet de serre.

Le méthane absorbe des rayonnements infrarouges. Il produit du CO2 et de la vapeur d’eau deux gaz à effet de serre, lors de sa combustion. Toujours une grande quantité de méthane provient des activités humaines, notamment l’agriculture qui produit une matière organique par la fermentation ainsi que l’élevage.

On ne peut pas aussi prendre à la légère la durée de vie du Méthane qui s’étend à une période de 9 à 10 ans dans l’atmosphère. Comme on l’a fait sur le CO2, considérons les quantités journalières de méthane qui se concentrent en atmosphère. Alors, tout au long d’une période de 10 ans on aura une masse de méthane qui n’est pas à ignorer pour le réchauffement. La nécessité d’un accord de rester en dessous de 1,5 degré de réchauffement enfle toujours.

Conséquences :

Comme il l’a été démontré un peu plutôt, une des conséquences de l’effet de serre est le réchauffement de la planète.

En effet, si la planète est réchauffée de plus que le naturel, des inconvénients qui en découlent sont plus nombreux : La fonte des glaciers qui cause l’augmentation du niveau océanique et de cela, la perte imminente de nombreuses habitations de gens, surtout de ceux qui habitent dans les régions côtières. 300 000 morts  sont estimés victimes du réchauffement planétaire par de nombreux études, sur une période d’une année au niveau de toute la terre. Des milliers des sans abri et des milliards de dollars pour instaurer des équipements nécessaires, afin de lutter contre ce fléau.

De plus, toujours en relation avec l’effet de serre, le réchauffement de la planète perturbera le système naturel périodique des précipitations qui causeront à leur tour la disparition de petits lac et rivières.

Prenons l’exemple typique  d’un pays des grands lacs « le Burundi » (Cas des provinces Kirundo & Bujumbura)

Le Burundi est un Pays d’Afrique de l’Est également touché par les changements climatiques, il est sans accès à la mer, mais possédant un grand rivage sur le lac Tanganyika situé dans la région des Grands Lacs. A l’Ouest se trouve la République démocratique du Congo, au Nord le Rwanda et la Tanzanie. Les activités humaines qui augmentent des gaz à effet de serre comme la déforestation et autres, y résident aussi.

Kirundo sa province septentrionale (au Nord du Burundi), était réputée être le grenier du Pays depuis des années, alimentant le reste du territoire en haricots et sorgho. Il était embelli de beaux lacs, mais, l’impact négatif de l’homme sur la nature a fortement baissé la production agricole, la famine frappera plus tard cette province, les gens mourront de faim, les pluies se raréfieront, le niveau de l’eau de ses lacs sera progressivement rabaissé jusqu’à même assister à la disparition de certaines eaux.

Bujumbura est la Capital qui a était habitée sans catastrophes naturelles terrifiantes au paravent, mais, la tragédie dévastatrice de la nuit du 9 au 10 février 2014 comme on le voit dans la publication de WORLD HEALTH ORGANIZATION BURUNDI sur son Site web, a frappé de plein fouet la population, entrainant de multiples victimes humaines et d’importants dégâts matériels, dans les communes du Nord de la capitale.

Pourquoi nous devons rester en dessous de 1,5 degré de réchauffement et comment nous pouvons y parvenir ?

Dans son discours à l’ouverture du « Leaders’ event » COP21, le Président François Hollande a dit : ‘’ Le réchauffement annonce des conflits comme la nuée porte l’orage. Il provoque des migrations qui jettent sur les routes plus de réfugiés que n’en génèrent les guerres.’’

C’est vrai que les dérèglements climatiques sont à l’origine d’un tsunami de réfugiés qui affluent précipitamment et en abondance de tous les 4 coins du globe, à la recherche d’un abri sûr, mais, ce n’est pas seulement des réfugiés qui sont la base de notre forte inquiétude. Chaque année, les catastrophes liées au réchauffement climatique font d’innumérable quantité de morts, comptés en milliers.

Le rapport du Forum humanitaire mondial, présidé par l’ex secrétaire général de l’ONU Kofi Annan (29 Mai 2009), estimait que 325 millions de personnes sont gravement affectées par le changement climatique, et que ce chiffre devrait doubler de 2009 à 2030.

Un nombre accru de personnes frappées par des catastrophes naturelles ou une dégradation de leur environnement liées au réchauffement, serait la cause de cette ascendance de ces chiffres.

En plus des guerres qui font payer le monde des milliards de dollars et des millions d’Euro, les catastrophes liées au réchauffement climatique font de plus en plus payer les nations, grâce à des montagnes de morts à enterrer, des refugiés avec des médicaments pour les traiter, des milliers de litre de carburant pour les déplacés, la réhabilitation des cités et des villes ainsi de suite. Tout ça, forme en facteur majeur qui pousse à rester en dessous de 1,5 degré de réchauffement.

Disons que si aucun effort supplémentaire n’est fourni pour un future sobre en carbone ou si l’accord devient par hasard non persistant, la vie future sur la terre sera un désastre, cette fumée de refugié ne serai même plus, ils pourront aller nulle part, sauf que les vautours se régaleront de la chair humaine, des corps allongés sur les montagnes, dans des villes détruites par ces cataclysmes. Toute la terre sera invivable.

Le problème et prévention aux niveaux des pays

Industrie.

Certains pays sont alors pollueurs plus que les autres. Les pays les plus industrialisés sont les plus libérateurs de gaz à effet de serre, notamment le CO2 provenant principalement de la combustion de fossiles (Charbon, pétrole, gaz, etc.) utilisées fortement dans le secteur industriel. .

La chine et les États-Unis sont responsables d’une grande partie d’émission de gaz à effet de serre, à cause de leur politique industriel, d’autres puissances riches en industries suivent sur la liste.

Les pays qui libèrent peu de gaz à effet de serre (peu industrialisés) ne seront pas exemptés des conséquences du réchauffement climatique causées par ces derniers. Ils seront aussi vulnérables. Le nouvel accord doit aussi comprendre un cadre unique et transparent permettant de mesurer le niveau industriel que possèdent des pays, et prendre des mesures régulant la propagation des gaz des industries.

Des entrepreneurs devaient signées des contrats attestant comment ils vont jouer avec la protection de notre toit avant de commence leurs activités dans des entreprise, et cela, surveillé d’une manière stricte.

Des prix exorbitants devaient être mis aux produits les plus libérateurs du CO2

Population.

L’incroyable croissance démographique a une relation  avec l’aggravation du changement climatique, sauf que ce sujet n’est pas mis en avant. Les pays dont les populations vont encore doubler dans le temps future, rendront supérieur  l’émissions de gaz à effet de serre dégagé dans l’espace.

Beaucoup de pays voient leur peuplement en haussent maintenant, et plus on a beaucoup de gens plus les activités humaines source de gaz à effet de serre seront plus nombreuses, une nouvelle donne qui complique la prise de décision sur le réchauffement climatique.

Le sujet de surpopulation ne devait pas alors être tabou en discussions sur le réchauffement climatique, des mesures confortables pour tous peuvent être aussi trouvées.

Activité

Beaucoup de gens dans beaucoup de pays, ignorent la technicité de ces phénomènes sauf ceux qui le font exprès. Ils devaient alors le savoir, des Etats devaient donner des informations suffisantes aux citoyens.

Les émissions de dioxyde de carbone doivent être rapportées à la population afin de mieux estimer la part de responsabilité du pays et de l’habitant dans les émissions globales de CO2. Les charpentiers et les menuisiers peuvent se lamenter du réchauffement climatique, alors qu’ils ne savent pas comment ils contribuent grandement dans le réchauffement climatique, à cause de la déforestation. Des mesures y correspondantes devaient être prises.

De même, beaucoup d’éleveurs et agriculteurs restent novices dans ces matières. Ils devaient avoir des techniques nouvelles qui ne produisent pas de gaz destructeur, dans leurs élevages. C’est aux gouvernements alors de fournir un effort particulier dans l’explication de ces phénomènes à leurs citoyens.

Conclusion

Un accord qui favorisera le maintient d’une élévation de température mondiale de 1.5 degré par rapport aux niveaux préindustriels, sera une vie future pour tout le monde. Aucune nation grande, petite, riche ou pauvre n’est immunisée contre le dérèglement climatique. C’est une bataille dans laquelle les soldats doivent se battre fermement, séquelles au dos et uniformes mouillées par un bain de sang, mais rester debout pour la vie meilleure de leurs enfants, petits-enfants et les enfants de leurs petits-enfants.

De toutes ces exemples cités ci-haut, si on expliquerait bien à ses hommes qui pleuraient comme des enfants suite à des morts des leurs dans toutes ces catastrophes, que c’est sont les activités humaines qui sont à la base de la mort des leurs et que, maintenir une élévation de température mondiale de 1.5 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels serait une solution, ils ne comprendront pas pourquoi des mesures rapides pour se prévenir de ce problème ne sont pas prises.

Il sera difficile d’expliquer à ces mamans, aux enfants disparus dans ces cataclysmes que maintenir une élévation de température mondiale de 1.5 degré serait une solution, mais qu’on n’a pas encore commencé de faire le nécessaire.

Par Yves Ruserukanineza

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>